La maquette du projet d’agrandissement du CDBQ de La Pocatière. Photo : Centre de développement bioalimentaire du Québec (CDBQ)

Après d’importants délais survenus en raison d’une hausse des coûts, les travaux d’agrandissement du Centre de développement bioalimentaire de La Pocatière, le CDBQ, sont bel et bien entamés.

Alors que les premières estimations étaient de l’ordre de 4,5 M $, le projet nécessite plutôt un investissement de 6 M $. La hausse du prix des matériaux a forcé le CDBQ à revoir sa stratégie selon le directeur général, Michel Garon.

Quand nous sommes arrivés à l’étape de l’ouverture des soumissions, nous avons eu la mauvaise surprise de constater qu’elles étaient beaucoup plus élevées. […] On a dû prendre un moment d’arrêt pour évaluer la situation et on a décidé de retourner en ronde de financement avec nos partenaires.

 Michel Garon, directeur général du CDBQ

Pour boucler le financement, Michel Garon affirme que du financement privé sous forme de prêts a été nécessaire.

Un meneur dans le domaine

Du même souffle, Michel Garon insiste: aux termes des travaux, le CDBQ deviendra une figure de proue et sera en mesure d’offrir de nouveaux services techniques et scientifiques dans le domaine des boissons fermentées et alcoolisées, telles que des bières de microbrasseries ou du kombucha.

Le nombre d’entreprises qui s’intéressent à ce type de produits a explosé au cours des dernières années. Sauf qu’on s’est aperçu que les services n’étaient pas très accessibles. C’est là qu’on a décidé de se positionner, explique M. Garon.

Qui plus est, l’initiative du CDBQ mènera, selon le directeur général, à de nouveaux emplois.

On a lancé un appel de candidatures pour un chercheur ou une chercheuse. Mais ce n’est qu’une première étape. On a l’intention d’ajouter du personnel au fur et à mesure que les projets vont se développer. On y va de façon graduelle, conclut Michel Garon.

Si tout se déroule comme prévu, les travaux vont se conclure au mois de septembre 2019.

Source : Radio-Canada

Infolettre

Pour tout savoir de l’actualité bioalimentaire au
Bas-Saint-Laurent, inscrivez-vous à notre infolettre.

Top