Le Bas-Saint-Laurent est devenu mercredi, la première FabRégion au Canada reconnue par l’accréditation du réseau Fab City, officialisée dans le cadre du Fab City Summit – Emergency to Resilience.

Cette région s’engage ainsi à mettre en place une gouvernance régionale composée d’élus, de citoyens, de chercheurs et d’experts sectoriels en matière d’autonomie alimentaire, énergétique et en produits manufacturiers afin d’atteindre 50 % d’autosuffisance d’ici 2054.

L’accréditation obtenue permettra au Bas-Saint-Laurent de se lier à un imposant réseau international composé de 31 villes et trois régions, dont de grandes métropoles du monde, telles Barcelone, Paris ou Shenzhen, et ainsi s’inspirer des meilleures pratiques en matière d’autonomie.

« En tant qu’élus locaux, nous jouons un rôle essentiel dans le soutien et l’accélération des politiques d’autonomie et de gestion collective des ressources de notre région. En effet, les plans stratégiques et outils de planification des différentes organisations territoriales peuvent constituer des leviers importants pour recentrer l’économie sur l’autonomie régionale et les besoins fondamentaux des communautés locales », précise Michel Lagacé, président de la Table régionale des élu·e·s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL).

Bruno Paradis, préfet de la MRC de la Mitis et membre du comité de pilotage, a proclamé la déclaration d’adhésion au nom de la TREMBSL, en direct de la chaîne YouTube Distributed Fab City Summit 2020.

Le Bas-Saint-Laurent se démarque de l’ensemble des initiatives déjà présentes au sein de Fab City, dans la mesure où il s’agit d’une région et non d’une ville et par son caractère rural qui contraste avec l’urbanité des autres initiatives.

« Une FabRégion est une communauté qui réfléchit à son avenir collectivement. C’est construire un écosystème collaboratif, propice à l’innovation et qui travaille dans une approche intersectorielle », explique Émilie Dupont, représentante du groupe d’experts sectoriels qui participe au comité de pilotage.

FabRégion est porté par un collectif de partenaires comprenant le fablab Fabbulle du Cégep de Rivière-du-Loup, l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), la Table régionale des élu·e·s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL), la mairesse de Sainte-Luce, Rimouski en transition, la Table de concertation bioalimentaire du Bas-Saint-Laurent (TCBBSL), la Société d’aide au développement de la collectivité du Kamouraska (SADC), le Conseil régional de l’environnement du Bas-Saint-Laurent (CREBSL), l’Alliance pour la solidarité du Bas-Saint-Laurent et des citoyen·nes, dont l’auteur et cinéaste Hugo Latulippe.

Source : Journal l’Avantage

Infolettre

Pour tout savoir de l’actualité bioalimentaire au
Bas-Saint-Laurent, inscrivez-vous à notre infolettre.

Top