Resto au Frigo
L’objectif de la campagne de sociofinancement est de 25 000 $. Le Mouvement Desjardins s’engage à doubler le montant amassé jusqu’à concurrence de 25 000 $.

Nombreuses sont les campagnes de sociofinancement qui ont pour but de venir en aide aux gens qui ont été frappés par la crise sanitaire. Toutefois, la MRC de Témiscouata a trouvé le moyen de faire d’une pierre deux coups avec sa campagne Au Témiscouata, du resto au frigo. Non seulement les citoyens démunis pourront en profiter, mais aussi dix restaurateurs de la région.

Les contributions versées à la campagne permettront à des restaurateurs volontaires de préparer des repas individuels. Ceux-ci seront remis aux cuisines collectives locales et à l’Autre-Toit du KRTB pour qu’ils soient distribués tout à fait gratuitement aux gens faisant appel à leurs services de dépannage alimentaire.

On aide deux strates de la population en même temps, souligne la préfète de la MRC de Témiscouata, Guylaine Sirois. On distribue l’argent aux restaurateurs qui participent pour qu’ils fassent ces repas. Puis les gens qui ont eu des difficultés pourront en profiter gratuitement. C’est gagnant-gagnant, ajoute-t-elle.

L’objectif de la campagne est de 25 000 $. On espère plus, mais ce qui est important de mentionner, c’est que le Mouvement Desjardins s’est engagé à doubler la somme amassée jusqu’à concurrence de 25 000 $.

 Guylaine Sirois, préfète de la MRC de Témiscouata

Un coup de main apprécié par les restaurateurs

Des dix restaurateurs qui participent à cet effort collectif, on compte le Bistro L’Intrigue de Témiscouata-sur-le-Lac. Son directeur, Hugo Belzile, est d’avis qu’il s’agit d’une excellente façon d’épauler les restaurateurs dans leur relance tout en soutenant une cause louable.

Quand on est dans une situation précaire comme celle des restaurateurs, on se demande même si on va pouvoir rouvrir ou survivre. Une campagne comme celle-ci nous donne un coup de pouce. Ça peut faire la différence.

 Hugo Belzile, directeur du Bistro L’Intrigue

Je vous avoue que de le faire pour des gens qui en ont vraiment besoin, c’est aussi une motivation supplémentaire. On a vraiment hâte de se remettre au travail, ajoute M. Belzile.

Des organismes qui ne bouderont pas ce plaisir

Quatre cuisines collectives du Témiscouata vont ainsi compter sur le savoir-faire des restaurateurs de la région. On parle ici de la Petite bouffe des frontières ainsi que des Cuisines collectives de Cabano, de Dégelis et du Haut-Pays.

À ces organismes s’ajoutent l’Autre-Toit du KRTB, une maison d’hébergement pour femmes et enfants vivant des difficultés conjugales. Sa coordonnatrice, Louise Castonguay, salue ce qu’elle qualifie d’« important coup de main ».

En plus de donner des repas gratuits aux gens qui sont hébergés chez nous, on va pouvoir s’assurer d’une distanciation sociale dans notre cuisine. En plus, on a une recrudescence pour les demandes d’hébergement. Donc ça vous nous aider pour nos budgets d’alimentation.

 Louise Castonguay, coordonnatrice de L’Autre-Toit du KRTB

Par ailleurs, le Témiscouata n’est pas la seule MRC à organiser une campagne de sociofinancement de la sorte. La même initiative est présentée au Kamouraska et porte le nom de Le Kamouraska se serre les coudes.

Les deux campagnes de sociofinancement sont accessibles par le site internet La Ruche Québec.

Source : Radio-Canada

Infolettre

Pour tout savoir de l’actualité bioalimentaire au
Bas-Saint-Laurent, inscrivez-vous à notre infolettre.

Top