À l’extérieur de la bergerie, une éolienne et des panneaux solaires sont installés. Photos : Gracieuseté d’Audace Technologies

Dans le cadre d’un projet pilote unique au Canada, la ferme ovine Bergerie du Faubourg, au Bas-Saint-Laurent, utilise l’énergie solaire et éolienne pour alimenter ses systèmes automatisés de climatisation et d’alimentation des animaux.

Le système développé par Audace Technologies, une entreprise de Rimouski, combine 12 panneaux solaires de 260 W à une éolienne de 3 kW. L’énergie stockée dans de puissantes batteries évite à l’exploitation d’employer une génératrice au diésel coûteuse et polluante pour pallier les interruptions de courant.

Selon Jean-Louis Chaumel, d’Audace Technologies, l’automatisation des fermes entraîne une hausse de la demande en électricité. Les robots et les systèmes de ventilation doivent fonctionner en permanence. Ils ne peuvent supporter l’instabilité du réseau ni les pannes d’électricité, ce qui oblige les agriculteurs à se doter de génératrices. « On automatise, mais on devient dépendants de l’énergie », dit-il.

Système adapté

Consciente de l’importance d’introduire des énergies vertes en agriculture, La Coop Purdel a proposé à la Bergerie du Faubourg, qui utilisait déjà un système automatisé pour l’alimentation des moutons, d’implanter cette technologie. Les ingénieurs d’Audace Technologies ont alors adapté à l’exploitation leur système nommé GreenCube.

Le support du système solaire en bois, explique M. Chaumel, est aisément réalisable par tout producteur. Le mât éolien est aussi facile à mettre en place et à entretenir. L’équipement électrique est dans la ferme.

« Le système a été installé ce printemps, mais c’est en décembre que nous serons en mesure de calculer les avantages », souligne Dominique Brisson, copropriétaire de l’entreprise ovine avec son conjoint Bertin Lavoie et leurs filles Marie-Pier et Virginie.

L’appui du ministère québécois de l’Agriculture dans ce projet vise à mieux comprendre les bénéfices pour le monde agricole d’introduire l’énergie solaire et les nouvelles technologies de batteries.

Le projet pilote représente un investissement de 25 000 $. Toutefois, selon Jean-Louis Chaumel, une ferme qui voudrait installer le système paierait environ 10 000 $. L’avantage premier, ajoute-t-il, n’est pas tant la réduction de la facture d’électricité que le remplacement de la soi-disant indispensable génératrice.

Programme Génovis

La Bergerie du Faubourg est en production ovine depuis 1977. Propriété familiale de troisième génération, elle fait l’élevage de 1 100 brebis, dont 140 pur-sang Suffolk de type British, selon le programme national Génovis depuis 1999. Ce programme permet à l’éleveur d’entrer en ligne des données d’agnelage qui donneront ensuite la possibilité de calculer la valeur génétique des animaux, notamment en ce qui a trait à leur potentiel de croissance dans le troupeau. Lors de la vente de sujets, un acheteur pourra cibler plus facilement celui qui convient le mieux à ses besoins en consultant le site Internet. 

La Bergerie du Faubourg utilise un système automatisé pour l’alimentation des moutons.

Source : La Terre de chez nous

Infolettre

Pour tout savoir de l’actualité bioalimentaire au
Bas-Saint-Laurent, inscrivez-vous à notre infolettre.

Top