Mme Agathe Vialle, directrice scientifique, Biopterre,
Mme Marie-Pierre Dufresne, directrice générale, Biopterre – Centre de développement des bioproduits, Mme Marie-Eve Proulx, ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent et de Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Mme Marie-Claude Deschênes, directrice générale, Cégep de La Pocatière et Mme Pascale Malenfant, professionnelle de recherche, Biopterre

Le Cégep de La Pocatière et son centre collégial de transfert de technologie (CCTT), Biopterre – Centre de développement des bioproduits, sont fiers d’annoncer l’obtention d’un financement global de 5,45 M$, pour la mise en place du Regroupement pour l’Innovation Fongique (RIF). Le RIF a pour but de développer et d’intégrer les mycotechnologies dans les produits et procédés industriels. Les mycotechnologies se définissent comme des biotechnologies utilisant les champignons.

« Cette initiative, structurante pour le milieu, s’inscrit dans une vision de développement économique et scientifique. Notre région se positionne pour devenir un pôle d’innovation d’importance pour les mycotechnologies au Canada », annonce la directrice générale de Biopterre madame Marie-Pierre Dufresne.

Dans le cadre de ce financement, le RIF obtient plus particulièrement un appui de 2 M$ de la part du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) complété par un apport de l’industrie et de la communauté de 1,95 M$ pour soutenir une programmation de recherche répondant aux besoins des entreprises partenaires. Madame Agathe Vialle, directrice scientifique chez Biopterre, précise qu’à moyen terme la programmation permettra aux industries d’intégrer les mycotechnologies et de créer des emplois au sein de plusieurs secteurs industriels tels que : le secteur agricole/horticole; les secteurs de la construction et des matériaux à base de mycocomposite ou encore le secteur des services en environnement. « Un réseau de membres se mettra également en place afin d’optimiser les collaborations entre les chercheurs et les entreprises concernées », d’ajouter madame Vialle.

« Le RIF fait partie des 8 programmations de recherche d‘envergure soutenue par le CRSNG à travers le pays. Notre institution est fière d’être partenaire de cette initiative majeure et de maintenir sa position parmi les leaders de la recherche collégiale au Canada », de préciser madame Marie-Claude Deschênes, directrice générale du Cégep de La Pocatière.

À cette programmation, s’ajoute un volet de développement d’infrastructures de recherche de 1,5 M$, financé par la Fondation canadienne pour l’innovation pour une somme de 566 102 $, par le ministère de l’Économie et de l’Innovation pour 566 102 $ et par Développement économique Canada pour les régions du Québec via une contribution non remboursable de 160 000 $. Le financement est complété par Biopterre et d’autres partenaires.

« L’innovation en sciences et en technologies qui résultera du partenariat entre le Cégep de La Pocatière et l’industrie jouera un rôle important dans le développement économique de la région et du pays », affirme madame Roseann O’Reilly Runte, présidente-directrice générale de la Fondation canadienne pour l’innovation. « Par ses recherches en mycotechnologies dans les domaines alimentaires et pharmaceutiques, le regroupement offre un atout formidable pour la communauté » ajoute-t-elle.

« Ce regroupement est sans contredit un pas important dans le positionnement de notre région comme chef de file en mycotechnologies. Nous sommes heureux de compter sur des institutions dynamiques, innovantes et proactives telles que le Cégep et Biopterre », de dire le préfet de la MRC de Kamouraska, monsieur Yvon Soucy.

Infolettre

Pour tout savoir de l’actualité bioalimentaire au
Bas-Saint-Laurent, inscrivez-vous à notre infolettre.

Top