La MRC de La Mitis a plusieurs projets dans ses cartons pour l’année qui vient, à commencer par l’embauche d’une ressource pour développer le secteur agroalimentaire, une priorité que le conseil des maires s’est fixée en 2016.

Autre secteur économique névralgique dans La Mitis : la forêt. La MRC déposera un projet dans le cadre des forêts de proximité afin de permettre aux municipalités qui les bordent de bénéficier de ses retombées économiques.

« Nous voulons également élargir notre service de cour municipale sur le territoire de la MRC de La Matanie. Cette expansion permettrait de consolider notre cour et de maintenir des emplois » soutient le préfet de La Mitis, Réginald Morissette.

Avec des bénéfices nets de 1,5 M $ en 2015, la MRC de La Mitis entend bien continuer d’exploiter la filière éolienne. Cela passera par la poursuite du développement des projets éoliens communautaires Roncevaux dans la MRC d’Avignon, construit et mis en service en 2016, et Nicolas-Riou, dans la MRC des Basques, en 2017. La MRC de La Mitis partage la propriété de ces deux parcs avec l’ensemble des MRC du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie ainsi qu’avec les Premières nations malécites de Viger.

Parmi les autres projets dans la mire ou du moins sujets de débats entre les maires, mentionnons la création d’un parc régional de la rivière Mitis, la cession du pont Arthur-Bergeron et ses opportunités de développement, et le développement de la montagne Saint-Pierre à La Rédemption.

La finalisation d’un nouveau plan de gestion des matières résiduelles et d’un nouveau schéma de couverture de risques en sécurité incendie fait aussi partie des priorités 2016.

À cela s’ajoutera une campagne porte à porte de sensibilisation pour une meilleure gestion des matières résiduelles. À compter de 2022, Québec obligera les municipalités à détourner 100 % des matières organiques des lieux d’enfouissement.

Régionalement, le conseil des maires de la MRC de La Mitis ajoute sa voix aux municipalités et aux groupes qui réclament le prolongement de l’autoroute 20 vers l’est.

Infolettre

Pour tout savoir de l’actualité bioalimentaire au
Bas-Saint-Laurent, inscrivez-vous à notre infolettre.

Top