Marché public de la Grande Anse
Le Marché public de la Grande-Anse reviendra dans une formule « physique », malgré la COVID-19. Photo : Courtoisie DELP.

Malgré la pandémie de la COVID-19, le Marché public de la Grande-Anse aura lieu comme prévu cet été à La Pocatière. Des mesures exceptionnelles seront toutefois adoptées afin d’assurer la sécurité des consommateurs, des producteurs et des transformateurs.

Parmi les changements qui seront instaurés exceptionnellement cet été, la coordonnatrice du Marché, Amélie Côté, souligne l’abandon de toutes les activités d’animation, le maquillage pour les enfants et la présence des chansonniers. La dégustation de produits sera également interdite.

« À partir du moment qu’on prend la décision qu’on tient un marché public “physique” quand même, on n’a pas le choix de prendre des mesures sanitaires rigoureuses. L’ambiance sera différente, c’est sûr, mais les producteurs sont tout de même très motivés à l’idée d’y participer et aucun n’a manifesté d’inquiétudes en lien avec la COVID », ajoute-t-elle.

La majorité des exposants présents l’an dernier ont même déjà annoncé leur retour, malgré les circonstances particulières de cette année. Des nouveaux ont également manifesté leur intérêt, d’assurer Amélie Côté.

De plus, l’édition 2020 doit également voir apparaître les fameux kiosques individuels annoncés l’an dernier par Développement économique La Pocatière (DELP), qui chapeaute le Marché depuis ses débuts. Au nombre de douze, ceux-ci sont actuellement en construction et doivent être finalisés pour l’ouverture du Marché prévue le 4 juillet prochain, de préciser l’agent de développement de DELP, Sébastien Tirman.

« Avec l’absence de chapiteaux, les gens peuvent s’attendre à un marché encore plus ouvert que par le passé. Et disons-le, le fait que chaque producteur aura son kiosque individuel facilitera la distanciation sociale entre les producteurs », indique-t-il.

Il est toutefois prévu que des plexiglass soient installés devant chaque kiosque, comme c’est le cas actuellement devant les caisses des commerces de détail. Les consommateurs ne pourront pas non plus toucher aux légumes, comme c’était le cas par le passé, tant que la transaction ne sera pas conclue.

Site web

Amélie Côté et Sébastien Tirman ont également mentionné qu’un site internet devait être lancé cette année. Celui-ci promet faire la belle part aux producteurs participants, présenter quelques nouvelles du Marché et des recettes à partir des produits qui y sont vendus.

L’idée d’une plateforme transactionnelle est également à l’étude, de confirmer Amélie Côté. Dans le contexte actuel de la COVID-19, celle-ci permettrait aux consommateurs de faire l’achat en ligne de leurs produits durant la semaine et d’en prendre possession auprès des producteurs, le samedi.

« Reste à voir si les producteurs voudront embarquer. Mais c’est sûr que dans le contexte où on recommande aux gens de ne pas s’éterniser dans leurs sorties, ça permettrait de diminuer leur temps de présence au Marché », concluait la coordonnatrice.

Source : Journal Le Placoteux

Infolettre

Pour tout savoir de l’actualité bioalimentaire au
Bas-Saint-Laurent, inscrivez-vous à notre infolettre.

Top