©Jean-Philippe Langlais – L’Avantage Rimouski
Hélène Drapeau et Steve Lepage de L’Arbre aux oiseaux, en compagnie du consultant Daniel Lachance de l’entreprise Le Chêne aux pieds bleus.

 À l’heure où les notions d’alimentation de proximité et de développement durable gagnent en importance dans la population, un couple de Saint-Donat-de-Rimouski travaille à l’implantation d’un verger mixte basé sur les principes de la permaculture.

Steve Lepage et Hélène Drapeau ont acquis en 2017 une terre à Saint-Donat, dans un objectif d’autosuffisance alimentaire. Ils possèdent des animaux et s’affairent à l’aménagement d’un verger où se trouveront notamment arbres fruitiers, arbres à noix et plantes médicinales. Le projet inclut des terrasses ainsi que des baissières de récupération des eaux et autres procédés favorisant l’irrigation des lieux.

Le couple a fondé sa propre entreprise, L’Arbre aux oiseaux. À moyen terme, le site s’ouvrira au public pour de l’autocueillette ou des activités de type « journée à la ferme » pour les familles. « On souhaite impliquer la communauté dans ce projet. On veut reconnecter les gens avec l’aspect nourricier et médicinal de la terre », illustre Hélène Drapeau.

« Imiter la nature »

Le projet, qui s’échelonnera sur encore quelques années, nécessite un travail de longue haleine. Il y a un an et demi, le couple a retenu les services du consultant Daniel Lachance de l’entreprise Le Chêne aux pieds bleus. Un inventaire écosystémique a d’abord été réalisé pour déterminer toutes les composantes de l’écosystème avec lequel le futur verger interagira. Depuis, des analyses dans le but de conserver les meilleures surfaces et des travaux de terrain ont été entrepris.

« Le paysage est absolument renversant et tout le design sera orienté vers cette beauté. On implante un système qui vise à imiter la nature le plus possible. On invite tous les composants d’un écosystème à s’installer à l’intérieur de notre aire de multiplication. Cela inclut les oiseaux favorables, les couleuvres et toute la faune qui peut nous aider d’une façon ou d’une autre », explique M. Lachance.

Le projet comprend plusieurs défis. Outre l’irrigation, il y a le vent et le choix des végétaux. Le processus se déroule en continu, ce qui amène les producteurs à être constamment à la recherche de solutions dans cette aventure riche en apprentissages pour le couple et ses enfants.

« Pour nous, c’est une passion. Nous avons du plaisir là-dedans. Ce projet entre dans notre vie comme lorsqu’un enfant vient au monde. J’ose imaginer que le résultat sera merveilleux, extraordinaire », souligne Steve Lepage.

Source : Journal L’Avantage

Infolettre

Pour tout savoir de l’actualité bioalimentaire au
Bas-Saint-Laurent, inscrivez-vous à notre infolettre.

Top