Gabriel Belzile, président des Producteurs de lait du Bas-Saint-Laurent (Archives)
PHOTO : RADIO-CANADA / JEAN-LUC BLANCHET

La fermeture des écoles, des garderies et des restaurants entraîne une baisse de la demande pour les producteurs de lait de la province, qui risquent de voir leur quota diminuer d’ici la fin de la semaine.

Même si les ventes dans les commerces de détail ont augmenté, le comportement d’achat des consommateurs est fortement instable, peut-on lire dans une note envoyée mardi aux agriculteurs par les Producteurs de lait du Québec, qui fait état d’une baisse nette de la demande.

Bien que les suspensions d’activités amènent une hausse de la demande au détail, il est prématuré de conclure que les pertes de ventes institutionnelles seront complètement compensées par les achats en épicerie.

Extrait d’une note envoyée par les Producteurs de lait du Québec

Les offices laitiers des cinq provinces de l’est du pays, le P5, qui émet des recommandations pour ajuster les quotas à la demande, doivent se réunir vendredi pour décider des solutions à apporter.

Le P5 se réunit normalement une fois aux deux mois, là, c’est deux fois par semaine, précise le président des producteurs laitiers du Bas-Saint-Laurent, Gabriel Belzile, qui explique que la situation évolue extrêmement rapidement.

Les Producteurs de lait du Québec seront ensuite libres d’entériner ou non ce qui aura été proposé.

La baisse, je ne peux pas la chiffrer, ça risque d’être un léger pourcentage, mais sur le marché canadien, ça va représenter beaucoup de litres.

Gabriel Belzile, président des producteurs de lait du Québec

M. Belzile ajoute qu’en Espagne et en France, deux pays actuellement au cœur de la crise sanitaire de la COVID-19, la demande de lait a également diminué, ce qui a poussé les producteurs à revoir leur production à la baisse.

Au Québec, le rationnement des achats en épicerie pourrait en partie être expliquer la baisse de la demande, selon les Producteurs de lait.

Ils ajoutent qu’en attendant un ajustement du quota, certaines quantités de beurre et de fromage pourraient être stockées pour une utilisation ultérieure et des dons pourraient être faits aux banques alimentaires de la province.

Source : Radio-Canada

Infolettre

Pour tout savoir de l’actualité bioalimentaire au
Bas-Saint-Laurent, inscrivez-vous à notre infolettre.

Top