David Voyer est devenu propriétaire de son premier restaurant à l’âge de 22 ans, en 2013.

Après avoir mis temporairement à pied 90% des employés de ses quatre restaurants, d’en avoir fermé un et d’avoir annulé les réservations de ses établissements d’hébergements, un entrepreneur du Bas-Saint-Laurent a pris le taureau par les cornes.

«C’est dommage parce qu’on prenait de l’expansion, on avait le vent dans les voiles. L’an dernier, on a ouvert un nouvel établissement et on avait l’intention d’en ouvrir d’autres dans les prochains mois», raconte le propriétaire des restaurants Bon Voyage et 9 resto déjeuner, David Voyer.

Résilient, l’entrepreneur de 29 ans ne s’est toutefois pas laissé abattre. Avec quelques-uns de ses associés et la poignée de travailleurs qu’il possédait encore, il a décidé de livrer directement aux portes de ses clients des produits prêts-à-manger et le menu régulier de ses cuisines. Le tout, parfois déguisé en superhéros pour donner quelques sourires aux gens pendant la crise.

Entraide

Un concessionnaire Mitsubishi du secteur, fermé durant la pandémie et désireux d’aider sa communauté, a même offert de prêter ses voitures à M. Voyer pour lui permettre d’être plus efficace dans ses livraisons.

D’ailleurs, maintenant que les régions éloignées sont fermées, il reçoit plusieurs commandes de personnes de l’extérieur du Bas-Saint-Laurent dédiées à leurs parents âgés habitants la région.

«C’est le fun de voir l’entraide locale à travers tout ça. De voir que les gens se retroussent les manches et se supportent pour la communauté. La situation actuelle n’est pas facile, mais c’est un coup à donner pour survivre à la crise».

Source : Journal de Québec

Infolettre

Pour tout savoir de l’actualité bioalimentaire au
Bas-Saint-Laurent, inscrivez-vous à notre infolettre.

Top