L’église Saint-Jérôme à Matane Photo: Radio-Canada / Claude Côté

La compagnie Inno3B visitera l’église Saint-Jérôme de Matane le 10 avril prochain dans le cadre d’une étude de préfaisabilité pour l’installation de son système de serres verticales.

Le lancement de cette étude de préfaisabilité est une initiative du Comité de sauvegarde de l’église et de Patrimoine Matane. Les résultats de l’étude devraient être connus dans un mois.

Elle est jugée essentielle par Patrimoine Matane afin d’évaluer « la possibilité de faire une offre d’acquisition de l’église Saint-Jérôme ».

Inno3B a développé une technologie de tours verticales, à environnement fermé, qui permet de cultiver des légumes à l’intérieur, été comme hiver. La culture est sans pesticide et biologique. La chaleur dégagée par les installations permet de réduire la facture de chauffage.

L’église de Saint-Pacôme a été utilisée pour implanter un lieu de démonstration de la technologie. Il s’est avéré que la culture de légumes a permis de générer des revenus pour entretenir le bâtiment tout en permettant des économies de chauffage.

La MRC de la Matanie soutient financièrement l’étude. Une demande a été aussi déposée au Fonds vert de la Ville de Matane.

Le Conseil de fabrique du Cœur-Immaculé-de-Marie a bien voulu ouvrir les portes de l’église aux représentants de l’entreprise.

Il y a quelqu’un qui va venir prendre des photos, prendre toutes les dimensions, voir les fondations. Après, ils vont travailler sur le projet, monter un plan, avec des estimations de coûts et de production et des subventions possibles , explique Paul Gauthier, président du Comité de sauvegarde de l’église Saint-Jérôme.

Un premier pas

Il s’agira en effet d’une première étape avant qu’un véritable projet prenne forme à Matane.

Inno3B n’est pas un producteur de légumes, mais bien une entreprise de haute technologie. Si les résultats de l’étude sont concluants, c’est une entreprise différente ou un organisme communautaire, comme c’est le cas à Saint-Pacôme, qui devra acheter et gérer les installations.

L’église de Saint-Jérôme n’est pas la seule qui pourrait servir de jardin intérieur. En plus d’une vitrine technologique, le lieu est devenu une source d’inspiration pour d’autres communautés paroissiales.

Inno3B est en discussion avec une douzaine de groupes qui souhaitent reconvertir des églises, dont six sont en processus très sérieux, précise Renaude Samson, directrice des ressources humaines de l’entreprise. C’est un plus qu’on n’avait pas vu venir, mais qui répond à des enjeux alimentaires et communautaires , dit-elle.

À Matane, si l’installation des serres verticales s’avère faisable, cela ne réglera pas pour autant l’ensemble du dossier de l’église.

Les tours n’occuperaient qu’une partie de l’église et d’autres utilisateurs devront être trouvés pour un véritable projet de reconversion. Le sous-sol et même la grande salle : une grande partie de l’église demeurait communautaire, précise Paul Gauthier.

M. Gauthier rappelle que le comité est toujours prêt à discuter de toute autre proposition valable pour assurer la préservation du bâtiment patrimonial.

Source : Radio-Canada

Infolettre

Pour tout savoir de l’actualité bioalimentaire au
Bas-Saint-Laurent, inscrivez-vous à notre infolettre.

Top