Maxime Dionne et Antoine St-Pierre
Crédit photo : Stéphanie Gendron

Un chimiste et un entrepreneur du Bas-Saint-Laurent soucieux de la planète élèvent des millions de grillons pour en faire de la poudre qui enrichit des barres protéinées, des smoothies ou même des croquettes de poulet.

Maxime Dionne et Antoine St-Pierre, 25 ans, se sont donné la mission de développer la première ferme d’élevage de grillons à grande échelle au Québec, à Saint-Pascal dans le Bas-Saint-Laurent.

Il s’agit d’un projet économique risqué dans un domaine novateur, admettent-ils, mais qui a de l’avenir.

Selon eux, la demande pour la farine d’insectes est déjà très forte et est appelée à augmenter dans les prochaines années avec la crise environnementale.

Meilleur pour la planète

Les protéines d’insectes sont appelées à prendre de plus en plus de place dans notre alimentation, selon eux.

Ils estiment que les avantages sont nombreux. Comparativement à l’élevage animal, les insectes ont besoin de beaucoup moins d’eau, moins de nourriture et d’espace pour arriver à maturité.

«Ça prend 25 kg de moulée pour donner 1 kg de bœuf, alors que cela prend 1,7 kg de moulée pour 1 kg de poudre de grillons», résume Antoine St-Pierre.

Nutritif

Maxime Dionne et Antoine St-Pierre travaillent sur leur projet depuis 2017, alors qu’ils ont acheté quelques grillons à une animalerie. Ils y sont habituellement vendus pour nourrir des reptiles.

Ils ont ensuite développé leurs méthodes pour les élever sur plusieurs générations à un standard de qualité élevé. Ils ont maintenant des millions d’insectes.

Après un cycle de croissance de six semaines, ils utilisent un gaz alimentaire pour «abattre» les grillons et ensuite en faire de la farine. Il faut 11 grillons pour fabriquer 1 gramme de farine.

«La protéine contient des fibres. Elle possède tous les acides aminés, le calcium, le magnésium, le potassium ainsi que les oméga-3 et oméga-6», dit Antoine St-Pierre, un chimiste de formation.

La poudre de grillons peut remplacer une partie de la farine utilisée dans les recettes. Celle-ci devient ainsi plus nutritive.

Éducation

Même s’ils produisent une fine poudre de grillons, ils doivent encore faire de l’éducation pour habituer les gens à l’idée de manger de l’insecte.

Ils disent toutefois sentir que les consommateurs sont prêts à l’essayer. «On est à des milles de mordre la bibitte qui va éclater dans la bouche. Le goût est souvent comparé à des noix grillées», dit Maxime Dionne.

La demande est déjà forte, selon les deux producteurs qui livreront leurs premières farines d’ici Noël. Actuellement, ils ont de l’espace dans une ancienne tannerie de Saint-Pascal pour élever environ 20 millions de grillons.

Ils prévoient construire leur «ferme de l’avenir», qui fonctionnera avec des énergies vertes, toujours en région, pour la seconde phase de leur projet.

Source : TVA Nouvelles

Infolettre

Pour tout savoir de l’actualité bioalimentaire au
Bas-Saint-Laurent, inscrivez-vous à notre infolettre.

Top