Photo : Radio-Canada/Ariane Perron-Langlois

Des chefs, des restaurateurs et des épiciers ont profité du festival La Grande Table, qui s’est tenu dimanche aux Jardins de Métis, pour demander au futur gouvernement de mettre en place des mesures afin de favoriser la souveraineté alimentaire. Ils souhaitent se faire entendre davantage à l’occasion de la campagne électorale.

Ces acteurs du milieu de la restauration aimeraient qu’il soit plus facile pour les consommateurs d’avoir accès aux aliments qui sont produits dans leur région.

Ils aimeraient notamment que les lignes de distribution soient revues pour aider les petits producteurs à vendre leurs produits localement.

La chef du restaurant Chez St-Pierre, au Bic, estime également que la transformation locale devrait être soutenue, par exemple, pour que les consommateurs puissent profiter des produits de la mer toute l’année.

On mange du poisson qui vient d’Asie et on vend notre poisson en Asie. C’est quoi ce bordel-là? Pourquoi on n’est pas plus actifs là-dessus? Parce que le consommateur est prêt. Lui, il va à l’épicerie, et il est prêt à acheter nos produits, mais ils ne sont pas là.

Colombe St-Pierre, chef du restaurant Chez St-Pierre

Le directeur général de la Coop Alina, à Rimouski, Olivier Riopel, affirme que les consommateurs sont prêts et demandent des produits locaux, mais croit qu’il reste des changements à faire pour répondre à cette demande.

« Je vous dirais que les gens demandent beaucoup plus de produits locaux, de produits régionaux, de produits québécois […] c’est important que l’industrie, les transformateurs, les restaurateurs, travaillent en ce sens », explique Olivier Riopel.

La pénurie de main-d’oeuvre inquiète toujours

Selon l’Association des restaurateurs du Québec, 70 % des restaurateurs ont des difficultés à recruter du personnel, autant en cuisine que pour le

Le chef Pierre-Olivier Ferry au travail Photo : Radio-Canada/Maxence Matteau

service.

Selon le chef cuisinier des Jardins de Métis, Pierre-Olivier Ferry, le festival La Grande Table de la fin de semaine a permis de constater que les difficultés de recrutement sont répandues dans la région.

Il ajoute qu’une réflexion doit être faite sur les conditions de travail dans le milieu de la restauration.

Il en manque [de cuisiniers et de serveurs], et ça a un impact sur ceux qui restent. Mon inquiétude, c’est que ça devienne si important que ceux qui sont là, qui le font par passion, quittent, à cause des blessures, etc. Et qu’on perde des talents.

Pierre-Olivier Ferry, chef cuisinier des Jardins de Métis
Les chefs de parti avancent aussi qu’une réflexion doit être faite sur les conditions de travail dans le milieu de la restauration.

Les restaurateurs demeurent donc très attentifs aux propositions des différents partis sur les mesures à prendre pour contrer la pénurie de main-d’oeuvre.

Le festival culinaire La Grande Table a réuni plus de 1800 personnes aux Jardins de Métis au cours de la fin de semaine.

Source : Radio-Canada

Infolettre

Pour tout savoir de l’actualité bioalimentaire au
Bas-Saint-Laurent, inscrivez-vous à notre infolettre.

Top