Des poules urbaines Photo : Radio-Canada/Mireille Chayer

Un nouveau comité de citoyens demande à la Ville de Rimouski de légiférer quant à la possession de poules pondeuses en milieu urbain.

Deux citoyens ont interpellé le conseil municipal mardi soir afin de légaliser la présence de poules pondeuses sur son territoire.

Bien que la Ville de Rimouski tolère la présence de la volaille sur son territoire, il est toujours interdit d’en posséder en milieu urbain. Selon le site web de la Ville, il est permis d’avoir des coqs ou des poules en zone agricole seulement. C’est pourquoi un comité a vu le jour dans le but de légaliser cette pratique.

On veut que ce soit réglementé, on ne veut pas de poulailler illégal.

Éric Tremblay, membre du comité Pour des Poules urbaines à Rimouski
Une réglementation assurerait la santé et le bien-être de ces animaux, selon Céline Deschênes, membre du comité Pour des Poules urbaines à Rimouski.

La citoyenne du district de Sainte-Odile demande également à ce que les poules soient considérées comme des animaux de compagnie.

Que les poules aient le droit comme un chat et un chien d’habiter une maison.

Céline Deschênes, membre du comité Pour des Poules urbaines à Rimouski
Le comité Pour des Poules urbaines à Rimouski a vu le jour il y a deux semaines et regroupe 31 membres, à la grande satisfaction de son instigateur, Éric Tremblay.
Interpellé sur la question au dernier conseil municipal, le maire de Rimouski a indiqué que la Ville n’a pas encore eu le temps de se pencher sur la question. Il a tenté de rassurer les citoyens présents en mentionnant que la proposition devrait être abordée d’ici le printemps prochain.

On veut présenter un dossier qui sera bien monté, qui va répondre aux attentes, aux préoccupations de tous.

Marc Parent, maire de Rimouski
Pour bâtir sa réglementation, la Ville n’aurait qu’à s’inspirer du guide fourni par l’organisme, Poules en ville, selon Céline Deschênes. Dans le guide, tout est déjà pensé et écrit pour assurer la garde sécuritaire et responsable des poules pondeuses en région urbaine.

Selon Céline Deschênes, près de 40 villes permettent la garde de poules à la maison. Elle ajoute qu’au Bas-Saint-Laurent, seule la Ville de Mont-Joli s’est dotée d’une politique relativement aux poules urbaines.

Source : Radio-Canada

Infolettre

Pour tout savoir de l’actualité bioalimentaire au
Bas-Saint-Laurent, inscrivez-vous à notre infolettre.

Top